gay-Marrakech

gay-Marrakech

Lieux et rencontres

Conseils aux touristes gays au Maroc et à Marrakech. Lieu de vie et de rencontre pour les gays à Marrakech.


Hammam et spas

hammam beldi.jpg

 

Les hammams sont fréquentés par tous les gens du quartier : des enfants, des vieux, des intégristes… Ils sont non mixtes : parfois  les hommes et femmes ont des horaires différents (femmes de midi à la tombée de la nuit et les hommes le matin et le soir), mais la plupart du temps les hammams possèdent des salles distinctes.

Non seulement ce ne sont pas des lieux de drague mais les codes peuvent même être plus strictes qu’à l’extérieur ; si dans la rue on se jauge ouvertement, dans un hammam, la pudeur est d’abord dans le regard ; il faut s’abstenir de regarder les autres de manière trop ouverte. Bien sûr, il arrive toujours que dans une heure de faible fréquentation, dans un recoin, dans les toilettes, des échanges furtifs se fassent...

 

Y a-t-il des hammams gays ?
Non, pas dans le sens où on l’entend en Europe. Pour la raison évoquée plus haut, vous y croiserez toujours les gens du quartier et à priori ceux-là ne sont pas gays. Il y avait autrefois un hammam près de Jemaâ el fna avec une réputation sulfureuse (remplacé depuis… par une mosquée), et un autre dans la rue Rabha kédima (la police est intervenue plusieurs fois ; depuis le hammam est fermé et démoli). Par contre, à Arset Moussa Taoula (première rue à gauche en remontant Riad Zitoun el kedim vers la Place Jemaâ el fna) il y a un hammam qui n’est pas propice à des actes sexuels mais où se retrouvent de nombreux gays.

 

Et les spas ?
Dans les spas, on propose des soins correspondants souvent aux standards et aux attentes des étrangers. C’est beaucoup plus cher que les hammams de quartier et fréquenté presque exclusivement par des touristes. La quasi-totalité des spas proposent des massages. Ce sont parfois des couvertures à de la prostitution hétérosexuelle. Si vous souhaitez être massé par un homme, dans la majorité des cas le masseur pourra se montrer entreprenant (contre rétribution) et vous pénétrer ; par contre obtenir une fellation ou autres fantaisies, relève vraiment de la gageure…

 

Conseils pour fréquenter les hammams traditionnels
Une connaissance approfondie des codes est nécessaire en entrant la première fois dans un hammam ; le mieux est d’être accompagné par un habitué la première fois. Dans le vestiaire, on évite ainsi de regarder les autres ostensiblement, on ne se met pas nu mais avec un slip, on se change avec une serviette à la ceinture… Si le hammam  possède un bac de puisage, on y plonge, non pas avec son seau mais avec un seau spécifique réservé à cet usage et qui n’est jamais posé sur le sol, hygiène oblige. On choisira sa place de manière à ne pas imposer son eau de ruissellement aux autres…, ni à subir celle des autres en retour. On évitera d’éclabousser les autres en s’arrosant mais on utilisera une écuelle…

Toutefois, si on ne se crispe pas sur la recherche d’expériences sexuelles, fréquenter le hammam est toujours une expérience d’une grande sensualité : la beauté de certains bains, l’agrément de cette atmosphère chaude et humide, la contemplation discrète des corps, l’usage de la toilette et du massage réciproques pratiqués par les marocains…

Dans beaucoup de pays musulmans cette tradition est en déclin. Au Maroc cet usage est toujours vivace et intimement lié aux traditions religieuses ; ainsi le jeudi soir, à la veille des fêtes religieuses, les bains sont bondés. Fréquenter les hammams, c’est avant tout un excellent  moyen de goûter à l’art de vivre marocain.

 

 

 

Lire aussi :
Généralités sur les hammams
Usages à respecter au hammam
Du côté des hammams des hommes


27/09/2015
0 Poster un commentaire

Où draguer à Marrakech ?

drague.jpg

Partout !

La propension des Marrakchis à draguer partout, à tout moment est parfois déconcertante. Les marocains ont le contact facile, abordent les inconnus avec beaucoup de spontanéité. Le touriste qui cherche sa route, le client qui entre dans une boutique ou qui s’attable à la terrasse d’un café peut s’attendre à tout moment à se faire aborder. Vous marchez tranquillement, et au moment le plus inattendu,  le type qui  vous croise vous regarde droit dans les yeux en se tripotant.

Un touriste peut être surpris par des formes de tendresse de proximité entre hommes et prendre à tord bien des hommes pour des homosexuels. Inversement le nombre de touristes gays à Marrakech est très important et comme les touristes voyagent généralement en famille, le moindre homme seul ou pire encore, s’il est accompagné d’un ami, est soupçonné d’être homosexuel. L’empressement à demander comme va la famille, si vous êtes mariés, est souvent l’occasion de vérifier les hypothèses.

Attention. Vous êtes étranger et donc perçu comme riche. La population qui drague d’emblée des étrangers, et en particulier celle qui fait fi des différences d’âge est très souvent motivée par des préoccupations financières, et parfois sans scrupule.

Même si on drague partout, il y a quand même des lieux où la probabilité est forte, voire certaine, de se faire solliciter.

Sur la place Jemaâ el fna :
Dans les halquas (cercles) qui se forment autour des musiciens et des conteurs, en soirée. La technique est simple, pendant que vous regardez un spectacle, un gars vient se coller à vous, par derrière, pour vous pelloter. Ce n’est pas très poétique mais direct. Sinon, entre les cercles, les gens tournent, se croisent s’abordent. Si, dans le monde les lieux de drague sont dans des espaces en retrait, il étonnant qu’à Marrakech cela se fasse en plein milieu de la Place publique la plus populaire. D’où l’appellation de Souq des pédés, pour ce coin de la place.
Les gens qui draguent sont des gigolos, plutôt très pauvres, des campagnes environnantes ou des quartiers populaires. Généralement, ils n’ont pas d’endroit où recevoir. Au pire, ils vous entraineront vers un jardin voisin, ce qui n’est pas sans risque. Il y a aussi une drague entre marocains. Mais même entre marocains, les histoires d’argent ne sont pas exemptes. Les marrakchis qui sortent en boite, dans les bars, méprisent beaucoup ceux là. Le pédé de la place est tout en bas de la communauté homosexuelle marrakchia.
Attention, pour protéger les touristes qui s’égarent là par hasard, la police, souvent en civil, veille et embarque manu militari ceux qu’elle surprend (mais les souris connaissent les chats et s’éloignent à la moindre alerte). Souvent, les gars qui vous auront approchés, vous feront signe pour s’éloigner de cet endroit et négocier plus facilement avec vous.
Plus la nuit s’avance et plus les rencontres sont probables.

Dans les jardins la nuit
Les plus grands parcs sont fermés la nuit. Mais près de la Koutoubia, dans le square proche de l’hôtel de ville, l’autre côté des remparts en allant vers Guéliz. Dangereux. Emmenez peu d’argent. Vous pensez être seul mais ne voyiez peut-être pas les personnes qui attendent, tapis dans l’ombre, qu’une victime se présente, ou même qu’un complice entrainera vers un lieu opportun.

Sur les grands boulevards la nuit
Sur Mohamed V, Boulevard Hassan II, près du Mac Do… Comme toujours, soyez très prudent. Si vous avez une voiture, un lieu pour recevoir, vous prenez des risques en moins, mais vous en prenez toujours.

Dans les hôtels
Des gens de Casablanca ou d’autre villes, qui viennent passer quelques jours à Marrakech draguent les autres clients de l’hotel. L’avantage, c’est que la question du local est réglée du même coup. Il s’agit surtout d’une drague entre marocains. Certains hôtels sont mêmes torrides. Cela dépend de la configuration (si le réceptionniste est en mesure ou pas de contrôler les aller et venues, s’il y a une terrasse aménagées qui favorise les rencontres…) et du laisser faire des tenanciers.

C’est surtout vrai dans les petits hôtels de Sidi Bouloukat (près de Jemaâ el fna), et  plus rarement dans les grands hôtels (et dans ce cas, toujours tarifé). Dans tous les cas, c’est beaucoup moins dangereux qu’à l’extérieur.

Les cinémas
Les salles obscures ont pratiquement toutes disparues. Le cinéma Mabroka, près de la place, n’attire qu’un public masculin. Il n’est pas rare qu’un garçon vienne s’asseoir près de vous pour tenter une approche.


20/06/2014
2 Poster un commentaire

Où séjourner avec votre ami marocain ?

mixte.jpg

Vous êtes un inconditionnel du Maroc, vous y venez régulièrement et, justement, vous vous êtes fait un ami marocain. Par prudence, ou parce que l’hôtel ou le riad se montrait intraitable, vous n’avez pas pu passer un vrai moment avec lui. Si le type vous semble sérieux et constant, vous devez trouver une solution.

Très souvent, votre ami saura trouver un endroit où vous accueillir en toute discrétion. S’il dispose d’un logement individuel, les conditions idéales sont réunies. Vu le coût des logements, la modicité des salaires, cela suppose qu’il a une bonne situation. Il pourra peut-être disposer de l’appartement d’un ami. Vous-même, vous connaissez peut-être des amis à Marrakech susceptibles de vous accueillir.

Il sera très difficile de l’accueillir à l’hôtel ou le riad où vous séjournez, si sa carte d’identité mentionne une résidence à Marrakech, même en lui louant une chambre spécifique. La fiche de police pourrait attirer l’attention des services concernés…

Parmi les véritables alternatives, il reste la location meublée. Dans ce cas vous êtes censés être libres de recevoir. Parfois les gardiens peuvent se montrer enquiquinants, histoire de soutirer quelques bakchichs.

Une autre solution est de partir en voyages avec lui. Les hôtels des petites villes subissent moins de tracasseries policières et comme les clients sont plus rares, les propriétaires sont souvent moins regardants. Vous pouvez toujours louer deux chambres distinctes pour dissiper les soupçons. Dans tous les cas la question de son adresse ne se pose plus.


06/04/2014
1 Poster un commentaire

Riads gay friendly

riad gay.jpg

Plusieurs établissements, tenus ou non par des gays, se revendiquent gay friendly et peuvent figurer dans des annuaires comme celui  Gay Provence. Ce ne sont pas les seuls, loin de là, à accueillir avec bienveillance, les touristes gays à Marrakech ; il y a même beaucoup de riads tenus par des couples gays et qui peuvent donc se montrer accueillants avec vous. Une chose doit pourtant être bien claire : être gay friendly n’implique pas vous autoriser à y amener vos rencontres d’un soir, les gars que vous avez dragués ou qui vous ont dragués dans la rue, dans les boites, ou sur les sites de rencontre. Les raisons en sont bien simples : dans un derb (une ruelle en médina), tout se sait et les gens ne sont pas dupes ; ils savent reconnaître un touriste d’un autochtone. Le moindre établissement qui se montre laxiste sur la question se trouve vite mis à l’index du voisinage, et s’expose à plus ou moins long terme à une réaction des autorités. Les riads sont tenus de remplir des fiches de police. Il y a donc, en principe, une traçabilité des allers et venues.

Dans la plupart des cas (et pardon pour les autres), un type qui drague un touriste est un gigolo. Et même si vous avez mis au clair les conditions de sa prestation, rien ne prouve qu’après avoir consommé, il se satisfasse des honoraires prévus. S’il se met à faire des esclandres dans l’établissement pour vous soutirer plus d’argent, vous vous retrouverez dans une situation très inconfortable. Pour le propriétaire du riad (ou le gérant), les réactions des autres clients pourraient lui causer un grave préjudice. Voilà aussi le genre d’incidents qu’il faudra éviter.

Il y a probablement des établissements plus laxistes. Cela ne vous protégera pas pour autant des déconvenues. Dans certains riads, par exemple,  les clients peuvent se sentir suffisamment en confiance pour ne pas fermer leur chambre à clef. Si votre visiteur du soir, en se retirant discrètement, se montre malveillant, vous vous retrouverez là aussi, dans une posture indélicate…

Notre conseil : faire des rencontres, découvrir Marrakech avec l’aide d’un sympathique marrakchi peut contribuer à rendre plus agréables vos vacances, mais une partie de jambes en l’air improvisées peut aussi totalement les gâcher. Soyez prudents.


16/02/2014
0 Poster un commentaire

Dangers et risques divers

homophobie gay marrakech.jpg

A destination des touristes. A la différence de l’Iran et de quelques autres pays (Afghanistan, Arabie Saoudite,  Nigeria, Mauritanie, Soudan et Yémen), les gays au Maroc n’encourent pas la peine de mort. Malgré tout, l’article 489 du code pénal condamne les homosexuels à des peines allant de 6 mois à 3 ans de prison ferme et à des amendes allant jusqu'à 1200DH (120 €).

Même si  le pays se montre relativement tolérant  et s’il n’y a pas une chasse ouverte contre les homosexuels, une chose doit être bien claire : les autorités sont quand même très attentives sur la question.  Les services de polices se montrent rarement homophobes ; il y a surtout la nécessité de ne pas laisser s’installer des dérives (prostitution, agression…) car chaque fait divers, chaque reportage sur « le Bangkok africain » est un préjudice commercial, un déficit pour l’image du Maroc.

Le danger n’est pas seulement policier. Au Maroc, comme partout, il y a des gays sincères, gentils, généreux. Il y a 20 ans, quand les touristes étaient rares, ils étaient accueillis comme des rois. Aujourd’hui le tourisme s’est banalisé et, du coup, il est beaucoup plus probable que vous rencontriez des gens qui convoitent spécifiquement les touristes. Parmi ceux qui draguent les touristes, les motivations peuvent être très variées. Il y a bien sûr, ceux qui fantasment sur les européens autant que des européens peuvent fantasmer sur les arabes. Il y a ceux qui craignent l’opprobre social et qui préfèrent avoir des aventures avec des gens de passage plutôt qu’avec des autochtones qu’ils peuvent être amenés à recroiser à nouveau. Plus rarement, certains gays veulent quitter le Maroc et séduire un étranger est un moyen d’obtenir le précieux visa.

Mais aussi, il y a tous ceux qui sont à la recherche de l’argent facile ou pire encore, confrontés à des problèmes de survie et pour qui les touristes sont des victimes de choix ; dans ces cas, tout est possible : vols, agressions, chantage…,. Certains ont d’autant moins de scrupules qu’ils ne sont pas vraiment gays.

La probabilité pour un touriste gay de tomber sur des personnes aux mauvaises intentions est donc importante. Votre partenaire d’un soir qui a su se montrer tellement charmant au premier abord, peut apparaître ensuite sous un jour inattendu, et se révéler un redoutable maître chanteur. Pour vous soutirer de l’argent, tous les coups seront permis.

Autour de 2010, à Marrakech, un groupe très organisé de sub-sahariens avait fait du racket, une activité à plein temps. Très souvent, un très beau ou très jeune garçon servait d’appât ; il entrainait sa victime dans des quartiers isolés, voire dans des appartements, où des complices débarquaient au moment où le touriste était dans la situation la plus vulnérable. Ils le dépouillaient de tout son argent, de  sa carte bancaire et le contraignaient sous la torture ou sous la menace d’armes blanches, à révéler son code bancaire.

Dans tous les pays ou l’homosexualité est illégale, en cas d’agression, la victime peut se trouver elle-même dans une situation inconfortable, d’un point de vue légal. Du coup, dans cette affaire, la plupart des victimes ne portaient pas plaintes, et la police a mis du temps à réagir. Ce sont des gays eux-mêmes qui se sont organisés en étant très présents sur les sites de rencontres, en diffusant les mises en garde, en collectant des informations sur ces bandes de voyous, et en les remettant aux autorités.

Est-ce que l’aventure d’un soir mérite de prendre des risques inconsidérés ? A vous de juger. Quand vous sortez, évitez d’emporter tout ce qui peut susciter la convoitise (bijoux, smartphone, sacoche…). Vérifiez l’identité de votre interlocuteur. Evitez les coins isolés…

Nous ne voulons pas vous inquiéter inutilement mais ne souhaitons qu’une chose : que vous emportiez le meilleur souvenir du Maroc.


02/02/2014
2 Poster un commentaire