gay-Marrakech

gay-Marrakech

Quels espoirs pour les gays du Maroc ?

maroc arcenciel.jpg

 

 

Personne ne croit à une avancée à court terme et pourtant...

 

L'Etat marocain reçoit des pressions extérieures multiples. Sur un plan diplomatique, (tous les 4 ans depuis 2011, la Commission des droits de l'homme de l'ONU demande des comptes à chaque Etat sur le respect des droits de l'homme y compris les discriminations à l'égard des personnes homosexuelles et transgenres). Des médias étrangers relatent désormais tous les faits divers relatifs à l'homosexualité ; cela a obligé l'Etat à reculer sur certaines condamnations ( voir l'affaire de Beni Mellal en mars 2016 ou en octobre 2014 pour un homosexuel anglais). Aujourd'hui, le respect des libertés individuelles fait partie de l'image d'un pays

 

La société civile s'organise et réagit. L'Etat peut empêcher la création d'associations mais pas celle de pages facebook et les réactions spontanées sur les réseaux sociaux.

 

Le Maroc est un pays touristique et les gays étrangers y circulent librement. Comme ils disposent désormais de droits dans leur pays, ils ne se cachent plus. Le personnel des hôtels est désormais formé pour les accueillir avec respect. La présence de gays se banalise...

 

Les jeunes gays marocains se comportent différemment. Autrefois, partout dans le monde, les jeunes gays se posaient beaucoup de questions en prenant conscience d'être différents. Aujourd'hui, par internet, ils ont très vite conscience que leur différence est partagée par beaucoup d'autres personnes, que dans d'autres pays ils auraient des droits. Du coup, leur attitude change, certains sont frustrés, d'autres en colère et certains enfin s'affirment. Ils le feront de plus en plus.

 

Les films, les infos se mondialisent. Aujourd'hui de nombreux films évoquent ouvertement l'homosexualité ; de nombreux artistes, sportifs et hommes politiques font leur coming out... La population marocaine baigne aussi dans les nouvelles idées qui parcourent le monde ; imperceptiblement, elle s'adapte.

 

Le monde change à vive allure et cela s'accélère. Fin des années 80, nulle part au monde les gays n'avaient de droits réels ; depuis, chaque année de nouveaux pays accordent aux gays les mêmes droits qu'aux hétérosexuels. L'affaire Weistein ou le suicide d'un marchand ambulant à Sidi Bouzid en décembre 2010 ont montré qu'un simple fait divers, par la réactivité des réseaux sociaux, peut embrasser un pays, un continent, le monde... Les gays au Maroc vivent en totale insécurité ; chaque jour certains se font voler, séquestrer, racketter... ; qu'un gay étranger célèbre soit victime à son tour de cette situation, voire tué, et ce scandale sera enfin révélé par tous les médias, les réseaux sociaux.

 

La place de la religion va s'amoindrir. En Espagne, en Irlande, en Italie, il y a 30 ans, le pouvoir de l'Église était énorme, aussi grand voire plus grand encore que celui de l'Islam actuellement au Maroc. L'émancipation des femmes, la libération sexuelle, l'accès aux études ont bousculé la place de la religion; les gens veulent se sentir libre, agir avec leur sincérité mais plus se voir imposer des comportements. Ce changement est aussi en train d'arriver au Maroc; de plus en plus de jeunes vivent librement leur sexualité et, c'est nouveau, certains se disent athés.



 

 



01/07/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres