gay-Marrakech

gay-Marrakech

Où draguer à Marrakech ?

drague.jpg

Partout !

La propension des Marrakchis à draguer partout, à tout moment est parfois déconcertante. Les marocains ont le contact facile, abordent les inconnus avec beaucoup de spontanéité. Le touriste qui cherche sa route, le client qui entre dans une boutique ou qui s’attable à la terrasse d’un café peut s’attendre à tout moment à se faire aborder. Vous marchez tranquillement, et au moment le plus inattendu,  le type qui  vous croise vous regarde droit dans les yeux en se tripotant.

Un touriste peut être surpris par des formes de tendresse de proximité entre hommes et prendre à tord bien des hommes pour des homosexuels. Inversement le nombre de touristes gays à Marrakech est très important et comme les touristes voyagent généralement en famille, le moindre homme seul ou pire encore, s’il est accompagné d’un ami, est soupçonné d’être homosexuel. L’empressement à demander comme va la famille, si vous êtes mariés, est souvent l’occasion de vérifier les hypothèses.

Attention. Vous êtes étranger et donc perçu comme riche. La population qui drague d’emblée des étrangers, et en particulier celle qui fait fi des différences d’âge est très souvent motivée par des préoccupations financières, et parfois sans scrupule.

Même si on drague partout, il y a quand même des lieux où la probabilité est forte, voire certaine, de se faire solliciter.

Sur la place Jemaâ el fna :
Dans les halquas (cercles) qui se forment autour des musiciens et des conteurs, en soirée. La technique est simple, pendant que vous regardez un spectacle, un gars vient se coller à vous, par derrière, pour vous pelloter. Ce n’est pas très poétique mais direct. Sinon, entre les cercles, les gens tournent, se croisent s’abordent. Si, dans le monde les lieux de drague sont dans des espaces en retrait, il étonnant qu’à Marrakech cela se fasse en plein milieu de la Place publique la plus populaire. D’où l’appellation de Souq des pédés, pour ce coin de la place.
Les gens qui draguent sont des gigolos, plutôt très pauvres, des campagnes environnantes ou des quartiers populaires. Généralement, ils n’ont pas d’endroit où recevoir. Au pire, ils vous entraineront vers un jardin voisin, ce qui n’est pas sans risque. Il y a aussi une drague entre marocains. Mais même entre marocains, les histoires d’argent ne sont pas exemptes. Les marrakchis qui sortent en boite, dans les bars, méprisent beaucoup ceux là. Le pédé de la place est tout en bas de la communauté homosexuelle marrakchia.
Attention, pour protéger les touristes qui s’égarent là par hasard, la police, souvent en civil, veille et embarque manu militari ceux qu’elle surprend (mais les souris connaissent les chats et s’éloignent à la moindre alerte). Souvent, les gars qui vous auront approchés, vous feront signe pour s’éloigner de cet endroit et négocier plus facilement avec vous.
Plus la nuit s’avance et plus les rencontres sont probables.

Dans les jardins la nuit
Les plus grands parcs sont fermés la nuit. Mais près de la Koutoubia, dans le square proche de l’hôtel de ville, l’autre côté des remparts en allant vers Guéliz. Dangereux. Emmenez peu d’argent. Vous pensez être seul mais ne voyiez peut-être pas les personnes qui attendent, tapis dans l’ombre, qu’une victime se présente, ou même qu’un complice entrainera vers un lieu opportun.

Sur les grands boulevards la nuit
Sur Mohamed V, Boulevard Hassan II, près du Mac Do… Comme toujours, soyez très prudent. Si vous avez une voiture, un lieu pour recevoir, vous prenez des risques en moins, mais vous en prenez toujours.

Dans les hôtels
Des gens de Casablanca ou d’autre villes, qui viennent passer quelques jours à Marrakech draguent les autres clients de l’hotel. L’avantage, c’est que la question du local est réglée du même coup. Il s’agit surtout d’une drague entre marocains. Certains hôtels sont mêmes torrides. Cela dépend de la configuration (si le réceptionniste est en mesure ou pas de contrôler les aller et venues, s’il y a une terrasse aménagées qui favorise les rencontres…) et du laisser faire des tenanciers.

C’est surtout vrai dans les petits hôtels de Sidi Bouloukat (près de Jemaâ el fna), et  plus rarement dans les grands hôtels (et dans ce cas, toujours tarifé). Dans tous les cas, c’est beaucoup moins dangereux qu’à l’extérieur.

Les cinémas
Les salles obscures ont pratiquement toutes disparues. Le cinéma Mabroka, près de la place, n’attire qu’un public masculin. Il n’est pas rare qu’un garçon vienne s’asseoir près de vous pour tenter une approche.



20/06/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 15 autres membres